CCDO Bretagne : chirurgie paroi / tablier abdominal, Saint Grégoire / Châteaubriant

02 99 23 93 10

Secrétariat

Lundi
9:00 - 19:00 (en continu)

Mardi
9:00 - 19:00 (en continu)

Mercredi
9:00 - 19:00 (en continu)

Jeudi
9:00 - 19:00 (en continu)

Vendredi
9:00 - 18:00 (en continu)

Samedi
Fermé

Dimanche
Fermé

Paroi et tablier abdominal

Présentation de la chirurgie de la paroi

La chirurgie de la paroi abdominale comprend les traitements des hernies (hernie de la ligne blanche, hernie ombilicale, hernie inguinale), des éventrations, des pubalgies et du tablier abdominal après amaigrissement.

 

Ces interventions sont faites dans une large majorité de cas, lors d’une hospitalisation ambulatoire. Réalisées au CHP Saint Grégoire (Rennes) et à la clinique Sainte Marie de Châteaubriant (44), ces opérations concernent des patients venant des départements de la région Bretagne mais aussi de tout le Grand Ouest.

 

 

La dépilation par crème avant l’intervention

Avant une intervention, une dépilation par crème (en l’absence d’allergie) doit être effectuée, essentiellement chez l’homme, sur l’ensemble de l’abdomen.

 

En cas d’allergie, la dépilation par tonte mécanique, est tolérée. On proscrit la dépilation par rasoir mécanique qui entraine de nombreuses plaies superficielles de la peau (risque de mobilisation plus importante des germes qui participent à l’équilibre de la flore cutanée).

 

La chirurgie d’une hernie avec pose d’un tissu prothétique

La chirurgie d’une hernie de la paroi abdominale vise à apporter du renfort au muscle rompu, soit en utilisant des fils (raphie), soit en appliquant un tissu prothétique (appelé aussi « plaque », « prothèse », « voile prothétique » ou « filet »).

 

Les tissus prothétiques sont fins (1 à 2 mm), de tailles diverses et ont une structure qui ressemble plus à un voile mousseline qu’à une plaque. Parfois on entend parler de « grillage » pour décrire la réparation mais ces voiles prothétiques ne sont bien sûr, pas piquants.

 

Un voile prothétique musculaire n’a pas de limite de durée de vie, à la différence d’une prothèse articulaire.

 

Le risque de rejet de ces matériaux prothétiques positionnés dans une paroi musculaire, est en moyenne de 1%. Il peut parfois nécessiter une reprise chirurgicale pour réaliser leur extraction.