CCDO Bretagne : traitement de la hernie inguinale à Saint Grégoire (35) / Châteaubriant (44)

02 99 23 93 10

Secrétariat

Lundi
9:00 - 19:00 (en continu)

Mardi
9:00 - 19:00 (en continu)

Mercredi
9:00 - 19:00 (en continu)

Jeudi
9:00 - 19:00 (en continu)

Vendredi
9:00 - 18:00 (en continu)

Samedi
Fermé

Dimanche
Fermé

Hernie inguinale

Hernie inguinale

La hernie inguinale est l’apparition d’une « boule » dans la région de l'aine, qui touche préférentiellement l’homme. Sa localisation se situe au-dessus du pli de l’aine.

 

Notre équipe du CCDO Bretagne pratique la cœlioscopie depuis 1992. Nous avons acquis au fil des années, une expertise en chirurgie mini invasive et en particulier dans le traitement de la hernie inguinale. Cette pathologie est prise en charge au CHP Saint Grégoire, près de Rennes (35) et à la clinique Sainte Marie de Châteaubriant (44).

 

Les symptômes

Ce type de tuméfaction (« boule ») est le plus souvent indolore et apparaît à certains moments de la journée. Lorsqu’elle est gênante, elle procure l’envie de la réduire manuellement. Elle peut devenir très douloureuse si elle d’étrangle.

Le diagnostic

Le diagnostic est essentiellement clinique. La réalisation d’une échographie inguinale, est utile pour préciser la taille de la hernie et pour vérifier qu’il n’existe pas également une hernie de l’autre côté, en cas de doute clinique.

 

Chirurgie de la hernie inguinale

Le traitement chirurgical de la hernie inguinale consiste à réparer la zone de muscle rompue au niveau de l’aine. Cette réparation est faite par une suture avec des fils non résorbables pour un adolescent ou un jeune adulte, sous anesthésie générale ou sous rachianesthésie.

 

Dans les autres cas, la pose d’un voile prothétique est une possibilité de traitement, par une incision inguinale ou par cœlioscopie.

 

L’intervention dure en moyenne 45 minutes à 1 heure s’il s’agit d’un seul côté à réparer. En cas de hernie bilatérale, l’intervention dure en moyenne 1 heure 15 minutes.

 

En dehors des cas particuliers, l’hospitalisation est faite selon un mode ambulatoire.

 

Les suites opératoires après une réparation de l’aine

Les suites opératoires peuvent être la survenue d’une ecchymose (« bleu » à la racine de la verge) ou d’un hématome, surtout en cas de prise de médicaments antiagrégants plaquettaires ou anticoagulants.


Le risque infectieux (avec rejet d’un matériau prothétique), dont la fréquence est voisine de 1%, est une complication qui peut nécessiter une reprise chirurgicale pour en faire son extraction.


Des douleurs chroniques plus ou moins invalidantes au quotidien, surviennent dans 2 à 4 % des cas.